»

nov. 18

NE CONFONDEZ PAS « un logiciel de traduction automatique » et « un logiciel de traduction assistée par ordinateur » !

 

SDL_i-work-with_Trados-2014_circle« L’expression « traduction automatique » désigne au sens strict la traduction d’un texte (ou d’une conversation audio, en direct ou en différé) faite entièrement grâce à un ou plusieurs programmes informatiques, sans qu’un traducteur humain n’ait à intervenir. »

 

Dans les faits, vous entrez un mot, une phrase, un texte, vous indiquez la langue source (à traduire) et la langue cible (langue de traduction). Puis le logiciel traduit automatiquement et immédiatement. Parmi les logiciels les plus connus, Google translate, Reverso…

 

Ces logiciels représentent  une aide très appréciée du grand public car ils permettent de déchiffrer – de façon grossière – le thème d’une page Web dans une langue totalement inconnue, et les principaux faits ou éléments d’information qu’elle contient. Vous pouvez ainsi prendre connaissance de façon superficielle, mais rapide, de grandes quantités de textes.

 

Mais ces logiciels sont très limités, car ils ne peuvent pas appréhender les ambiguïtés grammaticales (un même mot peut relever de deux catégories grammaticales différentes), les ambiguïtés sémantiques (un même mot peut avoir plusieurs sens dans les contextes différents) et les ambiguïtés de référence des pronoms. De plus, dès lors qu’une phrase devient trop longue, trop complexe, le logiciel ne sait plus remettre les mots traduits dans le bon ordre et produit un résultat particulièrement médiocre, voire incompréhensible et n’ayant aucun sens.

 

Qu’est-ce qu’une mémoire de traduction ?

Une mémoire de traduction est une base de données linguistique qui enregistre votre traduction au fur et à mesure de votre travail pour une réutilisation ultérieure.

Toutes les traductions y sont ainsi stockées (sous forme de paires langue source-langue cible appelées « unités de traduction ») et réutilisées de sorte que vous n’avez jamais à traduire deux fois la même phrase. Plus vous alimentez votre mémoire, plus la traduction des documents ultérieurs est accélérée, fiable et cohérente avec vos traductions précédentes.

 

Comment les mémoires de traduction fonctionnent-elles ?

Prenons l’exemple de SDL Trados Studio. Lorsque vous ouvrez le fichier source et appliquez la mémoire de traduction, toutes les « concordances à 100 % » (concordances exactes) et les concordances partielles (concordances proches de l’unité de traduction mais non exactement identiques) du texte sont immédiatement extraites et placées dans le fichier cible.

Lors de votre travail sur le fichier source, les concordances proposées par la mémoire de traduction peuvent être acceptées ou remplacées par de nouvelles traductions. Si une unité de traduction est mise à jour manuellement, elle est enregistrée dans la mémoire de traduction à la fois pour une réutilisation ultérieure et pour les éventuelles répétitions au sein du même texte. De manière similaire, les segments sans correspondance du fichier cible sont traduits manuellement et ajoutés automatiquement à la mémoire de traduction.

Les mémoires de traduction représentent un gain de temps pour le traducteur et un gain d’argent pour son client car normalement, le traducteur ne doit pas facturer les segments déjà traduits et stockés dans sa mémoire de traduction.

Pour en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le site SDL TRANSLATIONZONE :  http://www.translationzone.com/fr/products/translation-memory/

frenchSpainEnglish